Lectures

Mes lectures de ces derniers mois (mai à octobre 2019)

Le blog a été quelque peu laissé à l’abandon ces derniers mois.
Je te ferai un poste plus détaillé pour t’expliquer, mais j’ai repris le travail courant mai, ce qui explique un peu le pourquoi du comment.

Mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui.
Je vais tenter de te faire une récap des livres que j’ai pu lire durant ces 6 derniers mois.
***

Mai 2019

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy. 
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux… 
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ? 




Premier roman pour Serena Giuliano que je suis depuis de nombreuses années sur les réseaux sociaux.

J’ai adoré!
On y a retrouvé quelques anecdotes mémorables qui avaient été postée sur ses différents profils qui m’ont valu quelques fous-rires je dois dire, mais l’histoire d’Anna était elle-même très touchante, et j’ai adoré ce roman.

J’ai hâte de voir arriver la sortie de sa prochaine histoire!

***

Un jour, je me suis demandée  : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule.
Être une femme, ce n’est pas seulement l’idéal de minceur et de cheveux qui brillent, c’est le souci permanent des autres et du foyer, c’est être sans cesse ramenée à la saleté, aux taches, à la morve.  L’égalité serait déjà là, mais les femmes conservent la conviction intérieure qu’elles doivent s’occuper de tout et tout le monde, et d’elles en dernier, s’il reste cinq minutes à la fin de leur triple journée.
Cette féminisation de la sphère privée implique une autre conséquence  : l’espace public est toujours masculin. Peut-on se dire égaux quand la moitié de la population adapte ses vêtements en fonction des transports et fait attention à ne pas être seule la nuit dans la rue  ? Et si le combat féministe devait encore et toujours se jouer dans la vie quotidienne de chacune et chacun, chez soi, dans sa propre maison, devant le panier de linge sale ?




J’ai eu beaucoup de mal à terminer ce livre.
Même si le fond était intéressant, j’ai eu de la peine avec la façon d’écrire de l’auteur, j’ai d’ailleurs mis environ 3 mois à terminer cet ouvrage.

***

Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse nos maisons, nos mémoires, nos vies , nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.



A peine le dernier livre de Virginie Grimaldi était sorti que je l’ai téléchargé sur ma kindle afin de le dévorer!

Je ne l’ai pas regretté une seule seconde!
Encore une fois j’ai été entrainée dans son histoire.
Marceline et tous les autres étaient terriblement attachants.

J’ai vu sur les réseaux sociaux qu’elle avait commencé la rédaction de son prochain roman… Il me tarde!

***

Juin 2019

Pas de lectures pour le mois de juin, le rythme de la fin de l’année aura eu raison de moi…

Juillet 2019

Sarah, libraire dans un petit village de Charente, peine à joindre les deux bouts. Entre la plomberie capricieuse de l’immeuble, les murs décrépis et son incapacité notoire à résister à l’envie d’acheter tous les livres d’occasion qui lui tombent sous la main, ses finances sont au plus mal. Alors, quand un ami lui propose un arrangement pour le moins surprenant mais très rémunérateur, elle hésite à peine avant d’accepter. C’est entendu  : elle hébergera Maxime Maréchal, acteur aussi célèbre pour ses rôles de  bad boy  que pour ses incartades avec la justice, afin qu’il effectue en toute discrétion ses travaux d’intérêt général dans la librairie. Si l’acteur peut survivre à un exil en province et des missions de bricolage, elle devrait être capable d’accueillir un être vivant dans son monde d’encre et de papier… 


Clairement mon coup de coeur de cet été, j’ai adoré lire ce livre.
J’ai été prise dans très rapidement dans l’histoire de Sarah & Maxime, et j’ai été triste que le roman se termine.

***

Août 2019

Chef dans un restaurant, Becky est très amoureuse de son mari, et ravie d’être enceinte. Tout irait bien si les médecins la lâchaient un peu avec ses problèmes de poids. Et si son infernale belle-mère la lâchait tout court. Kelly est overbookée, hyper-ordonnée et archi-ambitieuse. Elle s’investit dans sa grossesse comme dans tout, c’est-à-dire à fond. Seul point noir dans cette organisation parfaite : son mari, qui passe ses journées vautré sur le canapé… Ca fait désordre. Ayinde est canon. Et intelligente. Et gentille, en plus. Et aussi mariée à un champion de basket dont elle attend un enfant. Bref, le genre de fille qu’on adorerait détester. Quand ces futures mamans font connaissance lors d’un cours de yoga prénatal, elles se disent qu’elles n’ont rien en commun. Mais la maternité leur promet bien des surprises…



Lecture rafraichissante, très plaisante à lire durant les vacances.

***

A l’âge de 16 ans, ils s’étaient juré un amour éternel. 27 ans plus tard, ils se sont retrouvés et rien n’a pu empêcher cette passion de renaître. Ni les deux beaux enfants de Camille, ni Richard, son mari. Stephen, totalement libre, lui, ne peut plus supporter cette situation. Il somme Camille de choisir. Bouleversée par cet ultimatum, elle a un accident de voiture. Stephen la bombarde d’appels, lui demande pardon… Camille est rassurée : dès qu’elle ira mieux, tout recommencera comme avant. Sauf que tout change…



J’ai rapidement terminé cet ouvrage, mais je dois dire que je n’ai pas particulièrement croché sur cette histoire.

***

Septembre 2019

Septembre rime avec rentrée scolaire, de ce fait j’ai été happée par la reprise du quotidien et n’ai pas réussi à lire quoi que ce soit durant ce mois.

Octobre 2019

Depuis près de deux ans, Kiera a une relation amoureuse paisible avec Denny, garçon tendre, beau et dévoué. Une vie de couple parfaite s’annonce. Mais rien n’est jamais si simple en amour… Lorsque Denny obtient le job de ses rêves, Kiera le suit à l’autre bout du pays et poursuit ses études. Ils sont alors en colocation avec Kellan, star locale de rock et incorrigible tombeur. Kiera, serveuse au Pete’s, bar dans lequel le groupe joue, est troublée par ses regards appuyés, au point que son petit ami lui semble bien fade. Denny, garçon studieux et stable, ne manque pourtant pas de qualités. Mais il doit partir deux mois pour son travail et c’est alors Kellan qui console Kiera. En ami… Une amitié qui aide la jeune femme à supporter la solitude. Mais en une nuit, tout va basculer et aucun des trois n’en sortira indemne. De l’appartement qu’ils partagent en colocation à l’ambiance rock d’un célèbre bar de la côte ouest des Etats-Unis, Kiera, Kellan et Denny s’aiment, se déchirent pour finalement grandir…



J’ai trouvé ce livre, premier tome d’une trilogie dans la boite à livres de mon quartier.

Si j’ai eu énormément de peine à rentrer dans l’histoire, je trouvais que le début trainait beaucoup trop en longueur, j’ai finalement croché et n’ai plus réussi à reposer le livre avant de l’avoir fini.

L’attirance de Kellan & Kiera l’un envers l’autre se ressent très rapidement, d’ou mon impatience à voir l’histoire évoluer.

J’ai fini ce livre à 2h du matin le premier jours de nos vacances en Camargue.
Autant te dire que je n’étais pas très fraiche le lendemain ^^

En rentrant j’ai téléchargé le tome 2 et le tome 3 sur ma Kindle, je t’en parlerai certainement à la fin du mois.

******
Voilà,
Pas beaucoup de lecture ces derniers moi, et ma PAL n’a pas désempli.
Je vais donc m’atteler à la faire rétrécir avant de recevoir de nouveaux bouquins ^^

Et toi, tu as lu quoi de beau durant ces derniers temps?

Belle journée,
Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code