Ma Ptite Vie

Et si on parlait de burn out?

Brindemalice et si on parlait burnout 2

J’esp√®re que tu vas bien et que tu es toujours dans le coin ūüėČ

J’ai l’impression de te dire √ßa r√©guli√®rement, mais malgr√© ma promesse, je n’ai pas √©t√© tr√®s r√©guli√®re depuis ce d√©but d’ann√©e 2018. Et ce pour plusieurs raisons.

La premi√®re, je t’en ai parl√© en octobre, mon mari √©tait en formation jusqu’√† fin avril avec des horaires assez intenses! Cons√©quence directe, j’√©tais seule pour g√©rer les enfants la majeure partie du temps, donc nettement moins de temps pour te raconter mes petites aventures.

J’ai √©galement lanc√© ma marque de v√™tements¬†avec une amie. A savoir que toutes nos pi√®ces sont cr√©√©es par nos soins, cela prend √©galement du temps. Nous avons vu gros d’ailleurs avec ce lancement en septembre 2017, puisque dans la foul√©e nous nous √©tions inscrite pour avoir un emplacement au Salon B√©b√© & Moi √† Gen√®ve qui a eu lieu du 20 au 22 avril dernier.

Comme tu le sais si tu as lu mon article, j’ai enfin d√©m√©nag√© en f√©vrier!! Nous avons donc la chance d’avoir maintenant un appartement adapt√© √† nos besoins. Les enfants ont chacun leur chambre, mes machines √† coudre ont pris place dans le salon ainsi qu’un mini ShowRoom avec mes cr√©ations. (j’organise d’ailleurs des ventes priv√©es √† mon domicile 1 √† 2 fois par mois, je te laisse me contacter si c’est quelque chose qui t’int√©resse ūüėČ )

Ce que je ne t’ai pas dit par contre, c’est que suite au d√©m√©nagement (que j’ai du g√©rer principalement seule du fait de la formation de Monsieur), j’ai eu une gosse p√©riode de fatigue extr√™me, de ras-le-bol de tout, …
Il m’a fallu un moment pour accepter cet √©tat physique et mental, et encore un moment suppl√©mentaire pour mettre un mot sur cet √©tat et ne pas en avoir honte.
Je pense pouvoir te dire qu’il s’agissait d’un d√©but de burnout maternel, ou de d√©pression, appelle √ßa comme tu veux.

Comme c’est quelque chose de tabou dans notre soci√©t√©, j’ai d’abord eu honte, je ne l’ai ni accept√©, ni voulu le reconnaitre. Je n’en ai donc pas parl√© autour de moi.
Puis, force a √©t√© de constater que √ßa ne s’am√©liorait pas, que je ne supportais plus de passer du temps avec mes enfants, que me lever de mon canap√© ou de mon lit m’√©tais chaque jour un peu plus difficile…

J’ai donc appris √† rel√Ęcher la pression, appris √† √™tre moins exigeante avec moi-m√™me, appris √† prendre du temps pour moi sans culpabiliser, appris √† me dire que ¬ę¬†non, ce n’est pas grave si pour une fois je fais une apr√®s-midi t√©l√©vision avec les enfants alors que oui, il fait beau dehors), appris √† ne pas me sentir mal de faire la sieste en m√™me temps que les enfants au lieu de m’occuper de la maison, … La liste peut √™tre cons√©quente…
Ca m’a fait du bien… C’est b√™te hein, mais des fois il suffit de toutes petites choses pour nous aider √† remonter gentiment la pente…
Alors non, mon m√©nage n’√©tait pas √† jour (ni ma lessive, ni mon repassage). Mais je criais beaucoup moins sur les enfants, et je pleurais aussi nettement moins.

Je crois que ce ¬ę¬†passage √† vide¬†¬Ľ est maintenant derri√®re moi (enfin je l’esp√®re). Je sais que je ne suis √† l’abris de rien, mais je crois que maintenant j’ai au moins appris √† m’√©couter, √† √©couter mon corps, et √† dire stop quand je ressens un trop plein. J’essaie de d√©l√©guer un peu, m√™me si c’est quelque chose qui n’est jamais facile quand on est ¬ę¬†maman au foyer¬†¬Ľ. Je le dit en mettant des guillemets, car je ne consid√®re plus comme Maman au foyer √† temps plein maintenant que mon activit√© artisanale d√©colle gentiment et que j’ai des √©venements mensuels ainsi que des commandes un peu plus r√©guli√®res.
Le job de Maman au Foyer est plus difficile qu’on ne le pense et souvent ingrat, mais je pense que je t’en parlerai dans un autre article prochainement (un de plus dans la liste des articles en attente de r√©daction ^^).

Tu trouveras peut-√™tre cet article un peu brouillon, et je suis d’accord avec toi, mais aujourd’hui, je te dit les choses comme elles viennent, et je ne pense pas me relire, sous peine de certainement me censurer au dernier moment et ne pas publier cet article…
Je te disais que ce genre d’√©tat est tabou dans notre soci√©t√©… Tellement tabou que je n’en ai parl√© √† presque personne autour de moi… Ne t’√©tonnes donc pas si, me connaissant personnellement, je ne t’en ai pas parl√©. Et ne m’en veux pas. Cela a √©t√© d√©j√† assez difficile √† accepter personnellement sans qu’on vienne me faire un reproche √† ce sujet en plus de cela.

J’ai eu de la chance, j’ai r√©ussi √† m’en sortir seule, et je suis reconnaissante de cette change. Certaines fois c’est trop profond, trop ancr√© pour y arriver toute seule. Si c’est ton cas, n’h√©site pas √† consulter, ce serait b√™te de rester fig√©e dans cet √©tat de mal-√™tre quotidien. Mais sache que tu n’es pas seule, que cela peut arriver √† n’importe qui, m√™me si pour les autres ¬ę¬†il n’y a aucune raison que tu ailles mal, tu as tout pour √™tre heureuse, alors prends ton mal en patience, √ßa ira mieux plus tard!¬†¬Ľ

NON!

Ce n’est pas vrai!
J’ai le droit d’aller mal!
Tu as le droit d’aller mal!
Tout le monde √† le droit d’aller mal!
Il faut ¬ę¬†juste¬†¬Ľ ne plus en avoir honte, l’accepter, et apprendre √† l√Ęcher prise!
Ce fameux l√Ęcher prise… Si facile d’en parler, nettement moins d’y arriver…

J’ai donc d√©cid√© afin de ne plus me sentir d√©bord√©e de remodeler mon emploi du temps, qui n’est donc plus tout √† fait celui dont je te parlais ici, de l’all√©ger tout simplement… De m’octroyer des pauses plus ou moins r√©guli√®res.
Tu veux me critiquer car ¬ę¬†je ne travaille pas, j’ai bien le temps de faire tout cela!¬†¬Ľ tr√®s bien, fais-le, mais sache que √ßa ne m’atteindra pas… J’ai bien ¬†trop culpabilis√© de cela avant d’accepter que pour √™tre la personne que je veux √™tre au quotidien, la m√®re que je souhaite √™tre pour mes enfants, et la femme que j’√©tais avant pour mon mari, il me faut¬†ces moments de rel√Ęchement. J’en ai tout simplement besoin.

J’√©tais pas bien, maintenant je vais mieux et c’est cela qu’il faut retenir!
Je me réjouis donc de revenir partager mon quotidien et mes coups de coeur avec toi!

Brindemalice et si on parlait du burnout

****

Et toi,
Tu as déjà eu des passages à vide?
Tu as fait quoi pour t’en sortir?

Je te souhaites une belle semaine!
Julie

****

N’h√©site pas √† me rejoindre sur Instagram, j’y suis plus r√©guli√®re de par la spontan√©it√© des posts et des stories ūüėČ

 

3 Comments

  • Melle Bulle

    N’ayant pas √©t√© tr√®s pr√©sente non plus sur la blogosph√®re, j’ai loup√© la super aventure de cr√©ation d’entreprise ! F√©licitations !!!
    Concernant le coeur de ton article, je trouve √ßa super que tu arrives √† en parler car en effet, c’est encore trop tabou dans notre soci√©t√© et ce, quel que soit notre ¬ę¬†statut¬†¬Ľ. A la maison, c’est mon mari qui est en burn out √† cause de son entreprise et je me sens bien d√©munie pour l’aider, mais heureusement, il arrive √† en parler !
    Pour ma part, mes phases de passage √† vide (dont celle que je viens de traverser et qui explique mon absence aussi des blogs), c’est plus li√© √† mon parcours PMA/Adoption … bref, l’absence d’enfant … mais tout comme toi, je sais qu’au final, savoir et pouvoir en parler aide beaucoup !

Répondre à Melle Bulle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code